Vinissime

26 octobre 2018

L'Espagne verte à l'épreuve du Palais (1)

 

 Des vins de table

d'Espagne Bio... 

 

Longtemps loin derrière l'Italie et la France en matière de viticulture biologique, l'Espagne est aujourd'hui leader européen avec plus de 100.000 ha convertis. Cette tendance s'est notamment accélérée ces dernières années grâce au vignoble de La Castilla La Mancha où 50 % des vignes sont bio, mais également du fait des grandes exploitations  tournées vers l'export.

Mais qu'en est-il de la qualité ? C'est ce que je vous propose de découvrir autour d'une sélection de vins de tous les jours  (fourchette de prix estimée entre 4 et 10 €) au travers de quatre dégustations dont voici le premier volet...

 

 

 CAN SUMOI

PERFUM 2017

PERFUM

 Ce blanc tranquille, élaboré dans la région du Penedès (région mondialement réputée pour son Cava), offre un nez assez complexe, parfumé, sur de délicieuses notes de fleurs et d’agrumes.

La bouche est riche mais équilibrée par une belle tension minérale avec une finale persistante sur la fraîcheur. En apéritif, pour aiguiser les papilles, ou sur un beau plateau de fruits de mer, il est à savourer dès maintenant, et sur 1 à 2 ans. Très belle réussite !

Prix moyen : 9 €

Note : 16/20

 

 

BODEGAS LOS PINOS

DX ROBLE 2016

 DX

 Un joli nez mi-fruité, mi-floral. Sa bouche ample et veloutée soulignée par un fin boisé offre au vin un caractère très gourmand. Belle longueur, beaucoup de fraîcheur et belle carte de visite en rapport prix/ plaisir pour l'AOC Valence !

Prix moyen : 7,50 €

Note : 15/20

 

 

BODEGAS RAIMAT

BOIRA 2016

 Raimat

 A l'ouverture, le nez n'est pas très franc, sur des notes de fruits noirs, d'épices avec un côté végétal prédominant qui ne disparait que partiellement à l'aération.

En bouche, l'ensemble est un peu massif avec une astringence venant contrarier les sensations tactiles. Un fromage corsé ou un ragoût bien épicé devrait permettre de faire passer la pilule. Un ensemble assez moyen pour cette AOC Catalogne ! 

Prix moyen : 8 €

Note : 11/20

 

 

BODEGA ALFREDO MAESTRO TEJERO

ALMATE 2016

 Almate

 Nous sommes en présence, d'un vin sans (ou avec très peu de) soufre, qui nécessite une bonne aération. Mais après quelques instants de doute, le fruit se libère, laissant s'évaporer de délicieux parfums de fruités et floraux.

La bouche est ronde, franche, charnue avec beaucoup de fruit et de fraîcheur. Un belle réussite (100 % Tempranillo) de la région Castille et Léon. A boire dans sa jeunesse sur une entrecôte saignante, par exemple.

Prix moyen : 6.50 €

Note : 14/20

 

Et voici pour les quatre premiers échantillons... à suivre !

 



 

Barême de notation concernant les vins de table bio :

Moins de 10/20   : inintéressant ou présentant des défauts. Non mentionné ici.

10 à 11,5/20       : Bof !

12 à 13,5/20       : Pour une petite soif !

14 à 15/20          : On en reprendrait bien une seconde tournée !

15,5 à 16,5/20    : Excellent rapport prix/plaisir, ne pas hésiter à s'en procurer !

17/20 et +          : Exceptionnel, n'hésitez pas à en acheter une palette !

 



 

Ce qu'il y a de bien

 



 

 

Posté par J-M Quennouelle à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 octobre 2018

l'heure de la reprise avec...

 

LES DOLOMIES...

...ET 

LE MILLESIME 2017 !

 

Bordel c'est bon !

Après une (très) longue trêve estivale, voici que sonne l'heure de la rentrée avec, pour commencer, une dégustation du dernier millésime de Céline et Steve GORMALY, nos amis jurassiens...

Comme un peu partout dans la région, leur vignoble n’a pas été épargné par le gel printanier de 2017, et de ce fait les volumes sont peu importants. La qualité en tout cas est au rendez-vous (comme d'habitude !) avec de splendides rouges concentrés, solaires comme en 2009, mais avec une fraîcheur supplémentaire garantissant un meilleur équilibre. Les blancs quant à eux semblent très proches des 2016 avec, peut-être, un potentiel de garde légèrement inférieur, mais cela reste à vérifier...

 

LES PLAISIRS IMMEDIATS....ET SUR QUELQUES ANNÉES !

Savagnin "PRÉMICE" : 

5émes feuilles et une matière savoureuse autour d'un joli fruit accompagné d'une minéralité commençant tout doucement à s'affirmer. Gourmand et sans lourdeur, il s'appréciera déjà aujourd'hui et sur 3 à 5 ans. Nul doute que, millésime après millésime, le potentiel du terroir s'appréciera de mieux en mieux !

Savagnin "ARCO" :

Sur le fruit et les épices, avec une  fine touche minérale, le vin offre une bouche agréable et fraîche sous-tendue par une acidité bien présente. D'une grande digestibilité, on pourra déjà l'apprécier pour lui-même cet hiver au coin du feu. Et avec une ou deux années supplémentaires, on pourra envisager de beaux accords gastronomiques !

Chardonnay "LA CHAUX" :

A parts égales entre fruit et minéralité, le vin joue la carte de l'équilibre et de la finesse, sans aucun excès. Idéal en apéritif, on pourra d'ici quelques mois l'associer à une belle volaille !

 

POUR LES GRANDS MOMENTS...

Savagnin "Les GRANDVAUX" :

Copie quasi-conforme du 2016, ce monument, au volume de bouche impressionnant et à la fraîcheur de bouche salivante, ne laissera pas indifférent les amateurs de savagnin ouillé. Un grand coup de coeur !

Chardonnay "Les BOUTONNIERS" :

Du gras et beaucoup de volume pour ce vin prometteur qui n'a, de loin, pas encore digéré tous ses sucres. A revoir d'ici quelque temps, mais nul doute qu'il ira également rejoindre ses grands-frères !

Trousseau "BORDEL C'EST BON !" :

Rebaptisé cette année en mémoire d'un ami proche disparu, cette cuvée assure particulièrement, avec un fruit intense, un volume de bouche et une maturité qui nous enverraient 3 ou 400 km plus au sud ! Le potentiel de garde est assuré pour une décennie au moins, mais " Bon Diou qu'il est extra... aujourd'hui ! "

 

LA CLASSE INTERNATIONALE 

Pinot Noir "LA CABANE" :

De la matière, de l'ampleur et beaucoup de délicatesse pour ce vin au fruit savoureux et croquant. C'est droit et tellement pur que ça fait monter la barre très haut pour les prochains millésimes ! Taillé pour la grande gastronomie, il faudra bien choisir son boucher avant d'en ouvrir un flacon. Splendide !

Chardonnay "LES COMBES" :

Du volume, de la profondeur et une superbe tension qui ferait presque oublier les sucres résiduels. Déjà magistral, il ne lui manque que les années pour exprimer totalement son énorme potentiel. Du grand art !

Savagnin " CROIX SARRANT " :

Un petit chef d'oeuvre d'une profondeur et d'une précision hors du commun. Son jus, d'une grande densité, tapisse la bouche avec une fraîcheur impressionnante qui se prolonge de longues, très longues caudalies. Il ne lui manque plus que la patine des années. Un petit chef d'oeuvre !

 

Voici une série de vins bien délicieux, pour toutes les bourses et toutes les destinations, mais encore faudra-t-il pouvoir s'en procurer car, bien sûr, les stocks sont bien faibles et les connaisseurs se sont passé le mot...

Une bonne nouvelle toutefois, pour ceux qui auront manqué le coche cette année : le millésime 2018 est tout aussi prometteur, avec des volumes bien plus importants ! Pensez à réserver en contactant le domaine : contact@les-dolomies.com

 



 

 

Verres de lecture



 

Posté par J-M Quennouelle à 07:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mai 2018

L'ÉTÉ avant l'ÉTÉ avec...

VIE D'OC

et

JEAN-MICHEL BORON,

Chez

LINDA et PHILIPPE

 

Chez Linda et Philippe

 

 

Ce rendez-vous désormais incontournable de la fin du printemps avec notre ami Jean-Michel (surnommé "le dénicheur"), chez nos hôtes Linda et Philippe, a tenu grandement ses promesses !

Nous nous sommes laissé entraîner avec délices à la découverte de magnifiques "pépites" issues du plus grand vignoble de France : la région Languedoc-Roussillon.

Soigneusement sélectionnés, les Domaines représentés nous ont offert qui la confirmation de leur talent, qui de belles découvertes.

Un joli petit rosé pour l'entame de cette dégustation : un Gris de gris 2017 (AOC Corbières) du Domaine de Fontsainte. La robe est rose saumoné très pâle, et le nez offre une intensité aromatique assez impressionnante sur des notes mi-fruitées mi-florales. En bouche, le vin se révèle assez dense, avec une vitalité et une fraîcheur qui lui confèrent un caractère très gourmand. On pourra l'apprécier tout l'été en apéritif ou encore sur un plateau de charcuterie.

Pour ce qui est de la conquête du Graal en matière de rosé, inutile de chercher bien loin : offrons-nous un beau flacon de la cuvée Juliette du domaine MONTPLÉZY. Ce 2017 est dans la lignée des 2015 et 2016, avec un style  propre au millésime. Élégant, raffiné, persistant, gagnant en complexité avec le temps, ce monument languedocien accompagnera idéalement de bons poissons de méditerranée, une viande blanche ou encore des sushis. La grande classe !

Pépettes 2017 (IGP Pays d'Oc) du domaine Champ des soeurs est une magnifique entrée en matière pour les rouges ! En fraîcheur, sur le fruit, avec léger côté épicé, ce vin est d'une gourmandise indiscutable. On peut le déguster pour lui-même en apéritif, mais il se consommera volontiers avec des grillades au barbecue. Que du plaisir !

Grande (et même énorme) surprise pour moi que Tian-Ren - Le Jardin 2017 (IGP AUDE) du Château de Caraguilhe ! Presque que du fruit (rouge et noir), avec un léger bouquet floral. La bouche délicate et pure se prolonge avec une incroyable fraîcheur. Impressionnant de gourmandise, on peut se délecter de ce vin rien que pour lui-même, mais gageons qu'il est capable d'accompagner quelque charcuterie, viande blanche ou même grillade.

Jullile 2015 (IGP Pays d'Oc) du domaine RICARDELLE de LAUTREC, sur les fruits noirs, les épices, la garrigue le tout accompagné de fines notes vanillées, se présente comme un vin de garde au caractère bien trempé. On peut l'apprécier dès aujourd'hui sur une viande blanche accompagnée d'une sauce un peu relevée ou encore une pièce de boeuf. Mais si l'on a la patience de le garder deux à trois ans de plus, il siéra parfaitement à un petit gibier !

Villa Dondona 2014 (AOP Monpeyroux), un autre vin de caractère et qui ne laisse pas indifférent. Ici les tannins sont un peu plus fondus que ceux du vin précédent et le vin a déjà acquis une certaine patine. La complexité dont il jouit déjà plaide en faveur de la belle gastronomie. Les amateurs de belles pièces du boucher apprécieront !

Les fruits noirs, presque compotés, et les épices s'extraient délicatement de Terre de Pierres 2010 (AOP LA CLAPE) du CHÂTEAU MOYAU. Tendre et généreux à la fois, doté de tannins soyeux, il est en phase d'atteindre son apogée et pour quelques années encore. Un soleil couchant... de Méditerranée !

N°1 (AOC Minervois) du domaine HEGARTY CHAMANS sur son millésime 2011 : comme à son habitude, structuré, droit, élégant et bâti pour la garde (mais déjà fort intéressant à la dégustation), ce vin a pour objectif de faire l'unanimité, et c'est réussi !

Pour ma première rencontre avec Premium 2014 (AOP LA CLAPE) du CHÂTEAU CAMPLAZENS, je dois avouer avoir été totalement conquis par ce splendide nectar dans la plus pure tradition des vins du domaine. Une Syrah sur de belles notes de fruits noirs, un soupçon poivrée, et une bouche à la fois tendre et généreuse. D'une gourmandise absolue, il se déguste magnifiquement bien aujourd'hui, mais possède encore quelques belles années devant lui. A ne pas manquer !

Deux blancs pour achever la dégustation avec, pour commencer Glouglou des Gourgoules 2017 (IGP Pays d'Oc) du Château de Caraguihes. Comme son nom l'indique, ce vin sympa aux notes d'agrumes et de fleurs blanches est là pour nous désaltérer. Il y parvient bien le bougre avec, en plus, une petite longueur en bouche qui prolonge bien son effet.

Un grand vin, d'un non moins grand domaine, avec Daumas Gassac blanc 2017 (IGP Saint-Guilhem du désert). Le vin n'en est qu'à sa genèse, mais il promet. Discret au premier nez, il s'ouvre progressivement dans le verre laissant place à une succession de parfums floraux et minéraux. Il ne s'affirme pas encore pleinement en bouche, mais sa structure et son équilibre sont garants d'un long potentiel d'évolution. Une bonne dizaine d'années à patienter avant son apogée !

 

 

 



Quelques unes des stars de la soirée...

Monplézy - Juliette

 

 

Tian Ren

 

 

Mas Daumas Gassac Blanc

 



 Et, bien sûr, comme toujours...

  Un immense merci à Linda et Philippe pour l'organisation "royale" de cette soirée !

Des félicitations à Jean-Michel BORON pour ses talents de wine-expert !

 



Crois au rouge



 

Posté par J-M Quennouelle à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2018

UN ÉPICURIEUX "CHEF"...

 

...A LA TABLE DES

AVINTURIERS

Christophe et Les AvInturiers

Carte blanche à Christophe, caviste en vins bio, fondateur des BOX de L'ÉPICURIEUX.

C'est pour allier deux passions : le vin et l'e-commerce, que Christophe s'est lancé il y a quelques mois dans une nouvelle aventure : permettre à tout un chacun de découvrir et déguster des vins sélectionnés, tous bio, avec un mot d'ordre : du plaisir à prix accessible, et un concept original : l'abonnement mensuel avec livraison à domicile.

Et comme Christophe aime décidément relever des challenges, il est venu se "frotter" aux AvInturiers pour conforter ses choix. C'est ainsi que nous avons dégusté, à l'aveugle comme il se doit, sa sélection personnelle (et parfois déroutante !) de 9 splendides flacons... tous issus de vignobles français (cocorico !)

La série des blancs

L'entame de la partie se fait avec un blanc, au nez joliment exubérant sur les fleurs blanches et la minéralité. La bouche, dense et salivante à la fois, désoriente nos dégustateurs qui majoritairement le situent dans la partie nord de l'hexagone. Certains penchent pour la vallée de la Loire, d'autres pour l'Alsace... Mais il n'en n'est rien : nous sommes sur un Côtes-du-rhône 2015 du domaine Chaume-Arnaud ! Très belle découverte qui fait marquer un point au maître de séance...

Le second vin blanc, mûr et frais, sur des notes d'agrumes accompagnées de fines notes minérales, se caractérise par une  bouche savoureuse, équilibrée et prolongée d'une belle finale sur la fraîcheur. Sommes-nous à Pessac-Léognan ? Pas loin, en effet, mais qui eut pensé à Château Couronneau 2017, un simple AOC Bordeaux ? Si les AvInturiers apprécient depuis longtemps la version "rouge", ils découvrent là que le domaine peut également produire un grand blanc ! Pas de point attribué sur cette manche...

Le troisième et dernier vin dans la série des blancs est tout simplement impressionnant : un nez fin et complexe sur des notes fruitées, florales, épicées et minérales à la fois. La bouche est ample, riche et s'équilibre autour d'une acidité mûre. La finale est longue, rafraîchissante et saline à la fois. On est en Alsace, et c'est du grand : la complantation OZMOSE 2008 du domaine Eric Rominger. Tous, ou presque, l'avaient située en Alsace, mais c'est le maître AvInturier Benoît qui fait gagner le point à l'équipe en le nommant très précisément !

La série des rouges

Passer un rouge délicat, souple et à boire, sur son fruit, après le vin précédant, n'est pas  chose facile. Et pourtant, le Bourgogne Pinot Noir 2016 de Jean-Michel Giboulot n'a pas démérité, loin s'en faut. A noter d'ailleurs qu'il a dérouté la plupart des participants par son côté... sudiste ! Un point de plus pour le maître de cérémonie.

Le second rouge déroute un peu par son nez très floral, accompagné de notes fumées et grillées. En bouche, par contre, la latitude se dévoile : l'ensemble est ample, structuré autour de solides tannins, avec une finale persistante sur les épices. Une partie du groupe penche pour un Languedoc, l'autre pour un Rhône Sud. Ce sont les seconds qui font marquer le point à l'équipe : nous sommes en présence d'un Côtes-du-rhône Villages "Saint-Maurice" 2015 du domaine Chaume-Arnaud. Belle découverte !

Le  rouge suivant séduit tant par son nez que par sa bouche. A l'explosion d'arômes fruités, épicés et minéraux succède une bouche à la fois fine et généreuse, d'une irrésistible gourmandise. Nous sommes en présence de la cuvée Prestige (AOP Cahors) du château Haut-Monplaisir. Du travail d'orfèvre, qui fait remonter le sud de quelques centaines de kilomètres par son corps svelte et sa finale étirée. Encore un point non attribué, puisque certains ont identifié des similitudes avec les vins du très célèbre Domaine du Cèdre, excusez du peu !

Le vin suivant, bien que carafé depuis plus d'une heure trente, ne se livre pourtant que très progressivement. Ses arômes, à la fois complexes et fins, alternent dans un premier temps entre fruits rouges et noirs. Puis, viennent se superposer de délicats parfums floraux, de rose et de pivoine. Enfin, mais bien plus tard encore, apparaissent de nobles effluves de poivre de Sichuan, qui viennent consacrer ce véritable hymne aux senteurs. La bouche également est plus que séduisante. Profonde et d'une texture veloutée soulignée de tannins merveilleusement ciselés, elle confère au vin un éclat tout particulier. On pense assez naturellement à un Hermitage...Pas loin, mais nous sommes en réalité sur un Crozes-Hermitage 2016 du domaine Aléofane. Étonnant et stupéfiant par son potentiel et sa distinction ! Pas de point attribué sur cette manche.

Le 5ème rouge, charnu, dense et épicé, aux tannins omniprésents, mais sans aspérité, nous transporte d'emblée vers le sud. Ce qui est très surprenant, et qui va dérouter quelque peu nos dégustateurs, c'est sa parfaite buvabilité alors qu'il est très jeune... Et pourtant son potentiel de garde est admis par tous ! On donne sa langue au chat, et l'on découvre...  Châteauneuf Beaurenard 2015 ! Un nouveau point marqué par l'Épicurieux Chef !

Dans la même tonalité, mais un ton encore au-dessus, le dernier vin de la soirée impressionne par sa complexité, sa profondeur et sa texture de tafta... Et bien sûr, on s'émerveille de son impressionnante longueur qui prolonge le plaisir pendant de très longues caudalies ! Et on ne la fait pas à nos AvInturiers...qui devinent immédiatement la cuvée phare du Domaine de Beaurenard : Boisrenard 2015 ! Dernier point de la soirée pour les AvInturiers !

3 points partout, plaisir au centre !

 



  La splendide découverte de la soirée !

  Domaine Aléofane

  



 

  Et, comme il se doit,

des remerciements tous particuliers…

A  Christophe des "BOX de l'ÉPICURIEUX", pour ses choix judicieux, son professionnalisme, son enthousiasme...,

A tous ces viticulteurs Bio qui portent haut les couleurs de notre France viticole,

Au Canon d’Or, qui se surpasse toujours et encore pour accorder les mets aux belles bouteilles dégustées,

Aux AvInturiers,… pour leur savoir boire...

 



 

  

Posté par J-M Quennouelle à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 avril 2018

Une Verticale AvIntuirière du Château....

 

 

SOCIANDO-MALLET

2009 à 1999

 

Verticale SM (1)

 

 Ni classé, ni même "bourgeois", le Château Sociando-Mallet n'en demeure pas moins l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur Haut-Médoc de ces dernières décennies.... C'est en tout cas l'avis des Avinturiers, qui se sont lancés avec gourmandise dans une verticale de 11 millésimes successifs, de 2009 à 1999.

Jean GAUTREAU, son actuel propriétaire, a acquis le domaine en 1969, et n'a eu de cesse depuis que de l'élever au niveau des plus grands. Les dégustations à l'aveugle réalisées par des experts un peu partout à travers le monde l'ont hissé au niveau des troisièmes, voire des seconds Crus Classés de la rive gauche.

   

 

2008-2009

C'est au  2009 que revient l'honneur et le privilège d’entamer cette verticale. Sa robe est encore très sombre, ornée de reflets pourpres. Complexe, le nez s’ouvre successivement sur des notes fruits noirs, de fines épices, de cacao, de bois précieux et de réglisse. En bouche, sa densité et sa précision, soulignées par de splendides tanins, lui donnent l'étoffe d'un grand vin. Sa finale, longue et sapide, confirme le grand potentiel du vin.

Le millésime 2008 n’a pas bénéficié des mêmes conditions climatiques, mais le viticulteur a su plus que s’en accommoder. Le vin offre un nez finement aromatique, sur les fruits rouges et noirs. La bouche, encore légèrement marquée par le fut, conjugue néanmoins ampleur et vivacité autour d’un équilibre gouleyant. On peut l’apprécier aujourd’hui, mais gageons qu’il dispose encore d’un bel avenir.

 

2006-2007

Issu d’un millésime modeste, le 2007  tient néanmoins, la distance. Le nez, moyennement expressif, surfe sur des notes de fruits rouges à l’eau de vie et de torréfaction. Dans un style assez classique, la bouche présente un corps appréciable, un juste équilibre et des tanins bien présents mais dépourvus de toute aspérité. Il faut le boire, même s'il supportera encore quelques années supplémentaires...

Le 2006 affiche un bouquet d’une belle intensité sur de jolis parfums de fruits noirs et de cacao. La bouche est charnue, fondante et équilibrée, s’adossant à des tanins relativement soyeux. On peut déjà se faire plaisir aujourd’hui avec son caractère enjoué, mais quelques années de plus ne l’entameront point !

 

119674501_o

Offrant une belle palette aromatique entre fruits rouges et noirs,fines épices,truffe et bois de santal, le millésime 2005 impressionne en bouche par sa densité, son volume et la finesse de ses tanins. Ce grand vin n'est pas encore à son apogée, mais un long carafage doit lui permettre d'exprimer plus amplement encore son potentiel. Magnifique !

 

 2003-2004

Avec un joli nez ouvert sur des parfums de fruits noirs, d'épices et de cèdre, le 2004 offre un corps souple aux tanins harmonieux, prolongé d'une belle finale sur la fraîcheur. Arrivé tout prêt de son apogée, il y a fort à parier que ce plaisir se prolongera de longues années encore. Très réussi !

2003 fut caniculaire, mais cela n'a pas nuit pas à ce vin au caractère sudiste, certes, mais en rien caricatural. Fruits noirs, épices et même une légère pointe de menthol au nez, précèdent une bouche à la matière imposante, mais sans aucune lourdeur. Il régale déjà, mais nous régalera encore pendant une décennie au moins !

 

  2001-2002

Le 2002 nous laisse un peu sur notre... soif.  Avec son nez d’intensité moyenne suivi d’une bouche pénalisée par une matière assez peu concentrée mettant en avant le coté boisé, le vin manque de structure. Il reste néanmoins digeste et d'une certaine délicatesse. A boire maintenant et durant quelques années encore.

Avec un bouquet bien épanoui, sur des notes de fruits rouges et noirs un rien compotés, d'épices et d'eucalyptus, le 2001 séduit par son caractère encore très jeune. La bou­che, bien en place, a conservé une fraîcheur et une vivacité qui, à l'inverse du 2002, annonce un tout début d'apogée. Très agréable surprise, on en redemande !

 

 1999-2000

Encore un peu sur la réserve, le 2000 joue la carte de la complexité aromatique, mélangeant notes fruitées, florales, épicées et minérales, le tout accompagné de fines fragrances mentholée. A la fois onctueux et tendu en bouche, il trouve un équilibre quasi parfait autour de tanins parfaitement intégrés et s'achève par une finale persistante et fraîche.

Dans un tout autre registre, le 99 développe un nez très tendre sur les fruits rouges et noirs, à peine compotés. La robe légèrement tuilée trahit les déjà presque 20 ans, mais la bouche est encore bien en place, avec une élégance et un dynamisme assez remarquables.

Et c'est avec ce dernier millésime, encore parfait aujourd'hui et qui devrait encore nous régaler pendant quelques belles années, que s'achève cette magnifique verticale, au Canon d'Or et donc accompagnée de la cuisine savoureuse de Gilles !

  



 

Encore quelques traces...en images !

La bavette

 

 

Des AvInturiers

 

 

Une AvInturière

 

   

Au Canon d'Or

 

 



    Un grand "Coup de Chapeau"….

A Jean Gautreau pour l'ensemble de son oeuvre...

...Et des remerciements tout particuliers...

Au Canon d’Or, pour la qualité de son accueil et de son savoir-faire,

A Clément, pour ses magnifiques photos,

et, bien sûr, aux AvInturiers,….pour leur savoir boire !

 



 

En vin

  



 

Posté par J-M Quennouelle à 05:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,