(Anti) Star... à domicile

 

Jacques Maillet Cave

  

Pour rencontrer un vigneron, il faut aller à sa rencontre dans son caveau, s'il accepte de recevoir et se rend disponible, ou sur un salon... Que ce soit le vigneron qui vienne à soi est bien plus rare ! Surtout quand c'est pour présenter l'ensemble de son dernier millésime ! C'est donc une rencontre inhabituelle, pour tout dire AUTREMENT, que je vais vous partager, puisque Jacques MAILLET et sa compagne, Christiane, se sont laissés tenter par un week-end en Alsace et ont accepté mon hospitalité avec beaucoup de gentillesse et de simplicité. De générosité aussi, puisque outre des fromages savoyards bien choisis et des confitures fait maison, Jacques et Christiane étaient donc chargés de quilles du millésime 2012, à découvrir et commenter ensemble.

 

Simple, franc et direct, Jacques parle très sobrement de son vin, tout en prenant un plaisir infini à contempler "ses" flacons se vider de leur contenu au fil d’une soirée entre amis, car, dit-il, « c’est à ça que l’on voit que l'on a réussi son vin…quand la bouteille est vide ! ».

Et quand il parle du travail de ses vignes, Jacques se fait plus prolixe. C’est dans la vigne que se fait fait le vin, et c’est là qu’il passe la majeure partie de son temps, à observer ses plantations et à bichonner individuellement chaque cep comme s'il était unique. 

Jacques produit, en Chautagne (mais cela vous le savez déjà puisque vous êtes forcément assidu de ce blog !) toute une gamme de vins, qui possèdent chacun une personnalité propre. De chacun, Jacques sait tirer la quintessence du ou des cépages qui le composent, du terroir, du millésime, etc…

 

 

Vins Jacques Maillet

Magnifique "arrière goût" de la dégustation...

 

C'est avec un plaisir non dissimulé que je me propose de vous présenter "la famille" :

Commençons comme il se doit, par la Jacquère 2012 (Autrement, étiquette verte)... et déjà, cela part très fort, avec un nez d'un raffinement absolu, sur le pamplemousse, les fleurs blanches et la minéralité. La bouche est d'une tension acidulé avec une précision d’orfèvre à vous émoustiller les papilles dès la première gorgée…c’est dingue, on dirait presque un grand Sancerre !

L’altesse 2012 (Autrement, étiquette orange), cépage savoyard plus noble, est carrément magistrale. Il a fallu agiter plusieurs fois le vin dans la carafe pour l'amener à parler. Et après cela, ce fut un vrai régal : des notes de coing et de pêche blanche, accompagnées de fines senteurs miellées qui se prolongent en bouche avec une richesse et un équilibre digne des plus grands vins de l’appellation ! A encaver !

Plus prêt à déguster que ne l’était le 2011 à même époque, le P'tit Canon 2012 n’en n’est pas moins gourmand. Riche et onctueux avec une juste tension portée par le fruit, le vin explose littéralement en bouche avec une belle finale sur la fraîcheur et la minéralité. Bu dans l'année, il profite d'un passage en carafe. Mais n'hésitez pas à le stocker un ou deux ans... et gageons qu'il ira vraisemblablement bien au-delà.

Passons maintenant aux rouges… et commençons par le Gamay 2012, plus gourmand que jamais sur les fruits rouges avec une bouche superbement construite sur un jus enchanteur… Dès maintenant, après un carafage d’une bonne heure, pour profiter de son fruit gourmand, et d'ici 4 à 5 ans…

La cuvée Autrement 2012 (étiquette bleue, assemblage de Mondeuse, Pinot noir et Gamay) nous régale dès le premier nez par un mélange de fruits rouges, de pétales de rose et d’épices. Le toucher de bouche est tout en dentelle et son équilibre est parfait, avec des tannins bien présents mais d’une délicatesse extrême. Plaisant dès aujourd’hui, après un passage d’au moins une heure en carafe, ce vin ira vraisemblablement très loin, comme les millésimes précédents de la même cuvée !

Plus sur la retenue à ce jour, et loin de révéler tous ses atouts, la Mondeuse 2012 est un vin taillé pour la garde. Un peu rude, mais d’une mâche et d’un volume considérables, il trouvera son équilibre dans plusieurs années…Je vous conseille vraiment de savoir patienter !

Et pour finir en beauté, laissez-moi vous présenter la "Romanée Conti" de Savoie : le Pinot Noir de Jacques est carrément exceptionnel, et le 2012 relève le défi ! Complexité des arômes, finesse et suavité en bouche, trame et équilibre remarquables… Un vin à ne manquer sous aucun prétexte, ne serait-ce que pour vérifier que le parallèle osé avec un grand vin de Bourgogne n'a rien de surfait !

Si vous vous demandiez encore pourquoi ces vins s'appellent pour la plupart "AUTREMENT", ou pourquoi il y a tant d'étoiles sur les étiquettes, vous aurez compris que la générosité des maîtres du domaine, de leurs vignes et de leurs vins font le bonheur de ceux qui ont la chance de pouvoir s'en régaler !

 

La Dégustation Jacques Maillet

 



 



Prochainement...les AvInturiers verront la  vie ....

 

Autrement Jacques MAILLET

...en Rouge....sur 8 millésimes !

 



 



  Origine du....Reblochon

 Dans la vallée de Thônes, près d'Annecy, sur les alpages des Préalpes calcaires, naquit au XIIIème siècle le Reblochon. A cette époque, le fermier qui louait un alpage devait au propriétaire une rétribution proportionnelle à la quantité de lait produite. Aussi, le jour où ce dernier venait mesurer cette production, le fermier pratiquait une traite incomplète.

Dès le départ du propriétaire,on achevait de traire les vaches. Ce lait de seconde traite (Re-blocher : pincer le pis de la vache une deuxième fois), très gras, était aussitôt employé à fabriquer le Reblochon. 

Les producteurs de Reblochon furent parmi les premiers à obtenir, en 1958, une Appellation d'Origine Contrôlée (AOC).