BOURGOGNE ROUGE

1959

Charles GRUBER

 

Bourgogne Charles Gruber

 

Le vin est décidément un vecteur de convivialité et d'amitié tout à fait exceptionnel. Découvrir ensemble, partager, offrir, échanger, voilà ce qui guide les grands amateurs. Se voir offrir une bouteille de son année de naissance... qui plus est à un âge déjà avancé... se révèle un évènement marquant, qui recèle fierté, joie, et humilité.

Lorsque ce Bourgogne rouge de la Maison Charles GRUBER m'a été offert il y a quelques semaines, j'ignorais totalement l'existence du domaine. Les recherches que j'ai entreprises à son sujet ne m'ont, du reste, apporté que très peu d'informations, tant la littérature vinique semble s'être montrée peu prolixe à son égard. Ancienne maison bourguignonne, rachetée dans le début des années 80 par Jean-Claude BOISSET, la maison Charles GRUBER exerçait une activité de négoce dont le siège était situé à Nuits-Saint-Georges.

De fait, l’unique question qui se posait finalement était de savoir ce que je devais faire de cette bouteille : la conserver intacte et la mettre bien en évidence sur un présentoir, avec son étiquette en parfait état, simplement couverte d'une magnifique et uniforme couche de poussière, témoignage des décennies passées... Ou la déboucher en prenant le risque d’en extraire une bien piètre piquette ?

Il est sûr qu'un pinot noir générique Bourgogne, présentant de plus un niveau dans la bouteille distant de 5 bons centimètres du bouchon, n'avait que peu de chance d'avoir évolué convenablement. Même en partant du postulat que ce jus de raisin fermenté fut de bonne qualité à la mise en bouteille, il s'avérait fort probable qu'au fil des ans, il se fût transformé en vinaigre !

Après quelques semaines de tergiversation, la curiosité l'emporta finalement, et je me décidai à déboucher la vénérable bouteille lors d'une petite soirée entre amis.

Bien sûr, je n’avais aucunement  envisagé de le servir à table, et avais pris soin de chambrer quelque autre flacon digne d'intérêt pour accompagner le plat qui allait suivre.

Mais le jour J...

Dès le matin, je redresse le flacon pour permettre au dépôt, relativement important, de rester au fond de la bouteille.

Le soir, au moment de servir, je procède à  l’ouverture de la bouteille. Je me prépare à cette phase délicate en ayant soin de choisir un ustensile adapté, mais suis agréablement surpris par la facilité avec laquelle je parviens à extraire le bouchon (visiblement d’origine). Totalement imbibé par le liquide, il est étonnement bien conservé et adhère encore suffisamment à la paroi pour en garantir une certaine étanchéité. Plus surprenant encore est le bouquet qui s’en dégage : fruité, sur les fruits rouges et noirs ultra mûrs, sans aucune trace de rancio ni même d’oxydation !

Je remplis très précautionneusement les verres pour observer sa robe d'un profond rouge brique ornée d'un magnifique disque orangé. Tout au plus quelques résidus en suspension viennent perturber le spectacle.

Passé un premier nez, un tantinet poussiéreux, le fruit apparaît aussi net, aussi mûr que celui perçu sur le bouchon, mais souligné de fines notes de truffe et de fragrances d'humus.

La bouche confirme l’impression olfactive : suave, délicate et gourmande, avec des arômes complexes dans la suite du nez. Les tannins sont entièrement fondus, mais cela n’enlève rien au corps et à la tonicité du vin qui se voient prolongés par une belle finale d’une fraîcheur remarquable !

Quel bonheur !

S'il m’est arrivé à plusieurs reprises de déguster de vieux bourgognes, généralement d'ailleurs dans des appellations plus prestigieuses, je n’y ai jamais trouvé un tel aboutissement ! Après trente ou quarante années, ces vins ne sont souvent plus qu’un souvenir du passé, sans véritable intérêt gastronomique, quand ils ne sont pas tout bonnement oxydés !

Inutile de préciser que ce Bourgogne 1959 a tout naturellement accompagné le plat prévu, permettant à la bouteille "de secours" de continuer pour quelques semaines ou mois sa phase de maturation en cave !



                                     

lechat