Quand on donne

carte blanche...

...à Gilles !

 

GR

C’est devant une assemblée « Avinturière » au grand complet, une fois n’est pas coutume, que  s’est déroulée notre "Dégustation Prestige » annuelle…Pour l'occasion, notre maître queux habituel a carte blanche à la fois pour nous concocter un menu dégustation et pour accorder à sa convenance les vins issus de sa propre cave.

Pour ne pas déroger à la tradition, nous débutons la soirée avec des bulles… D’une belle effervescence, elles livrent au nez de fins parfums de citron vert et de fleurs blanches, accompagnés de délicats arômes miellés. La bouche est vive, minérale et s’étire magistralement en finale. Champagne, bien sûr, mais lequel ?  Les suppositions vont bon train, mais personne ne parvient à trouver la Cuvée 736 de la maison Jacquesson, assemblée sur la base du millésime 2008 et complétée par les vins de réserve des deux millésimes précédents. Bien construite, sans démesure, peu dosée, elle nous affûte les papilles « juste ce qu’il faut » pour nous préparer aux agapes…

Raviole-de-gambas-Riesling-Vorbourg-1998-Muré-Schiste-2014-Domaine-des-Ardoisières[1]

 

… Une soupe originale aux ravioles de gambas, crabe et porc, accompagnée de deux vins blancs aux caractéristiques totalement différentes :

Le premier, aux arômes discrets mais complexes (fruits et fleurs blanches, agrumes presque confits, et pierre à fusil) présente une bouche d’une élégance rare avec un bel équilibre entre noble matière et fine acidité ! De l’avis de tous, cette cuvée constitue un accord magistral avec le plat. On s’oriente un long moment vers la Loire pour trouver ses origines, mais lorsque le voile tombe, on ne peut que s’incliner face à cette cuvée Schiste 2014 du Domaine des Ardoisières, un magnifique nectar …savoyard !

Schiste

Le second est plus facilement identifié. Même si l’on hésite dans un premier temps entre Chenin et Riesling, l’évolution progressive du nez vers des notes d’hydrocarbure nous ôte tout doute quant à ses origines : nous sommes en Alsace. La robe d’un jaune soutenu et la bouche riche, ample, laissant percevoir de beaux sucres résiduels, nous laissent songer à une Vendange Tardive d’âge mûr (30 ans pour certains, et même 40 pour d’autres), mais nous sommes en fait en présence d’un Riesling « Clos saint-Landelin » 1998 du domaine MURE, conditionné en magnum. Un vin qui supportera vraisemblablement 8 à 10 ans de garde supplémentaire, voire plus, pour atteindre l’âge de raison !

Gilles nous sert ensuite sur une divine souris d’agneau, accompagnée de deux rouges, également très différents…

Souris

 

Le premier  rouge présente un nez assez aérien mais complexe, où s’entremêlent de fins parfums de fruits rouges et noirs, de poivre gris et de sous-bois. La bouche est élégante et judicieusement équilibrée entre puissance et finesse. On y reconnaît assez aisément l’emprunte d’une Côte-Rôtie, qui s'avère être une Blonde du Seigneur 2012 du domaine Georges Vernay. Si le vin enchante par sa classe, il ne constitue cependant pas le meilleur accord avec le plat…

Cr

Le second se montre, à l’opposé, bien plus austère. Le nez est exubérant sur les fruits noirs, la réglisse et les épices. La bouche est encore très tannique, et n’a pas trouvé  son plein équilibre ; la finale un peu chaude ne fait que renforcer le manque d’harmonie. On s’oriente vers un Rhône-Sud, peut-être un Châteauneuf, mais c’est un peu plus au sud qu’il faudra chercher pour deviner juste. Nous sommes sur l’appellation Bandol, avec La Tourtine 2009 du domaine Tempier. Je reconnais que l’accord avec cette viande relevée est de bon aloi, mais je me demande si ce vin est aussi prometteur qu’on le dit…

Et voici déjà le dessert, accompagné d'une Sélection de Grains Nobles bien alsacienne ! Tout le monde a reconnu l’empreinte régionale, même si l’on a quelque peu hésité sur le cépage…Gewurztraminer SGN 2005 du domaine Michel Schoepfer, viticulteur qui n’est autre que le cousin de Gilles ! Que l’on ne s'y trompe pas, le choix de ce nectar n’est pas dû uniquement aux liens qui les unissent ….Non sincèrement, il est bien fait, très bien même ! Un nez  fin et d’une grande complexité ou s’entremêlent de belle notes de fruit exotiques presque confits, de vanille, de caramel, et de fines épices. Un toucher de bouche délicat avec une matière élégante qui tapisse le palais sans aucune lourdeur …et une finale d’une grande longueur avec la rémanence du fruit et une belle fraîcheur !

 

Sgn

De

Soirée à nouveau grandiose pour notre Prestige Millésime 2016 ! Ma seule petite déception fût La Tourtine. Mais, à y repenser, je crois me souvenir que ce n’est pas la première fois que je n’accroche pas avec un vin de ce domaine : trop sur la puissance... et pas assez de finesse…Quant aux autres, sans problème, je ne peux que leur attribuer une mention spéciale !

 

Bonne et heureuse année à tous ,

et à très bientôt pour de nouvelles AvIntures !

 



 

     Des remerciements tout particuliers…

A Marie-Laure et à Gilles pour nous avoir, une nouvelle fois, régalé et permis d'étoffer notre culture vinique,

A tous ces viticulteurs qui produisent de si merveilleux jus,

Aux membres du club, sans qui l'AvInture ne serait pas !

  



  

2825