...LES VINS DE CLAUDINE

 Domaine Eric ROMINGER

 

Claudine

 

Jusqu'à la disparition brutale d'Eric, en novembre 2014, le Domaine Eric ROMINGER c'était l'osmose (sic) entre Eric dans les vignes et à la cave, et Claudine, dans les vignes et au caveau ; et c'était aussi Eric et Claudine ensemble pour goûter et élaborer les vins du domaine. N'ayant eu de cesse de se former à tous les aspects du métier de vigneron, Claudine a jeté ses forces et sa passion dans le défi que représentait la continuation du Domaine. Il lui a ainsi fallu finaliser au pied levé le millésime 2014, et la réussite a été au rendez-vous, avec des vins dans la même lignée que ceux des années précédentes : génériques d'un très bon niveau qualitatif, et Grands Crus, comme les Riesling Saering et Zinnkoepfle, de haute volée.

2015 est le premier millésime solo de Claudine, et les AvInturiers ont tenu absolument à le découvrir au plus vite. Parce que le mot qui la caractérise encore le mieux, c'est "générosité, Claudine leur a concocté une dégustation composée de pas moins de 13 vins ! Et pas un n'a failli.... Respect Claudine !

Une fois n'est pas coutume, nous débutons notre dégustation par les Pinot noir :

Le Pinot noir "générique", enfin, si l'on peut l'appeler ainsi !  Avec sa bouche charnue et élégante, soulignée par un boisé joliment intégré, ce rouge au fruité gourmand peut s'apprécier dès aujourd'hui, mais gagnera à attendre un ou deux ans pour atteindre sa pleine maturité.

Le Pinot noir Strangenberg : toujours en cours d'élevage (dans des demi-muids), il dévoile déjà son caractère racé ! Profond, savoureux, enveloppé par des tannins finement sculptés, il est d'une précision et d'une longueur redoutables. On attendra la mise d'ici quelques mois, puis on patientera quelques années avant de commencer à le savourer. Bravo !

La suite, avec les Blancs :

Le sylvaner "Z", planté sur le Zinnkoepfle mais qui ne peut prétendre à l'appellation Grand Cru (et pourtant, il le mériterait !). Un nez vanillé de prime abord, élevage en barrique oblige, mais qui se révèle d'une impressionnante complexité après aération. La bouche impressionne par sa richesse sans perturber en rien son équilibre. La sensation de gras, compensée par une fraîcheur détonante, lui confère une grande digestibilité.

Le Riesling Schwarzberg est dans une phase de gourmandise. Fruité, rond, avec une tendre acidité qui accompagne bien la fin de bouche, c'est actuellement un joli vin d'apéritif, qui accompagnera idéalement une viande blanche en sauce d'ici 4 à 5 ans.

Le Riesling Steinstuck (en français « parcelle de cailloux »), lieu-dit situé à proximité  de la commune de Westhalten, nous éblouit par son énergie, sa bouche droite et pure et sa finale fraîche et salivante. Ça dépote !

 

Riesling steinstuck

 

Le Riesling GC Saering joue plus sur la tension, mais avec beaucoup de distinction et une complexité sous-jacente qui régalera les adeptes de ce terroir si propice au cépage. Les vignes sont encore jeunes, mais l'on sent poindre la profondeur.

Il faudra attendre, comme à l'habitude, que le Riesling Zinnkoepfle se patine pour offrir la splendeur qui est la sienne à maturité. En attendant qu'il rejoigne les superbes 96, 98, 2002 et 2005, on peut déjà apprécier sa richesse, sa puissance et sa grande verticalité.

Pinot Gris "générique" : un peu moins sec que dans les millésimes précédents, il se goûte déjà bien, ne manquant ni de fleurs ni de fruits. L'ensemble est plutôt harmonieux, avec une petite nervosité en fin de bouche qui l'aide à trouver son équilibre. Il arrivera à son optimum d'ici 1 an et demi à 2 ans, mais gageons que d'ici là, 9 bouteilles sur 10 auront été consommées par des amateurs de cépage gourmand...

Pinot Gris Schwarzberg : les parfums fruités et floraux sont accompagnés de fines notes fumées caractéristiques du cépage. La bouche est riche mais bien construite sur l'équilibre avec une noble amertume en finale. On se régale déjà, et le potentiel est là !

Le Gewurztraminer Luss, à la sensation plus sèche que d'habitude, conserve sa pureté aromatique et la classe qui est la sienne, à savoir celle d'un Grand Cru. A l'apéritif ou sur un munster frais, il fera sensation, et pendant longtemps !

Gewurztraminer Zinnkoepfle : un nez complexe et exubérant, comme à son habitude, sur les fruits exotiques, la fraise, le raisin de corinthe et autres senteurs florales. La bouche trouve un fin équilibre sur la fraîcheur, malgré la présence des sucres résiduels. Dans 6 à 8 ans, il fera sensation !

Ozmose, issue de la complantation de 4 cépages (Gewurztraminer, Riesling, Pinot gris et Sylvaner) est certainement la plus grande réussite de cette cuvée depuis ses origines en 2002. Et pourtant il y a eu bien des petits chefs d'oeuvres comme en 2002, 2008, 2010 ou même 2013 (millésime pas encore en vente). 2015 ne se commente pas, 2015 doit se savourer !

 

Ozmose

 

et enfin... le Gewurztraminer VT, sur des notes de fruits ultra mûrs, presque confits. La bouche est généreuse, ample, avec une liqueur riche soulignée d'une fine acidité. Le cocktail est explosif ! 20 ans de garde prévisible, au moins !

  



 

     Des remerciements et des félicitations...

 

 A Claudine pour son professionnalisme, sa gentillesse et sa disponibilité,

Au Canon d’Or, pour la qualité de son accueil et de ses prestations, sans faille,

et, comme toujours, aux AvInturiers,….pour leur savoir boire !

  



 vin