Première époque...

 

L'exécrable début de printemps n'a pu en rien empêcher le plaisir de la dégustation, bien au contraire, car comme on dit chez nous : Temps pluvieux, buvons heureux !... C'est plutôt le temps qui en a profité pour passer plus vite !

Pour célébrer mon retour après cette courte absence, voilà trois vins, qui jouent dans des registres très différents, mais qui contribuent chacun à vivre des plaisirs....hors du temps !

 

Mas Jullien 2010

Rouge

Mas Jullien

  

De passage à La Quille (excellent bar à vin mulhousien ! ), je n'ai pas résisté à la dernière bouteille de leur stock dans le millésime 2010. Quel vin ! Son nez, pour commencer, complexe et fin sur des notes de fruits rouges et noirs, de minéralité et d'épices, des senteurs qui s'esquivent du verre pendant de longues, très longues minutes... Sa bouche, ensuite, avec une matière pleine, équilibrée et des tannins d'une distinction incroyable. La finale est longue, droite avec une fraîcheur inouïe. Un petit chef d'oeuvre, que l'on peut l'apprécier dès aujourd'hui, après un petit tour en carafe, sur une belle pièce du boucher...

 

Obac 2010

Bodega BINIGRAU (Majorque)

 Obac 2010

Deux ans après avoir dégusté pour la première fois cette cuvée sur l'île de Majorque, mon impression reste inchangée. Cet assemblage de 5 cépages (callet, mantonegro, syrah, merlot et cabernet sauvignon) m'impressionne toujours autant par sa richesse, son onctuosité et sa structure. Les notes de fruits noirs, de fines épices et de réglisse accompagnent parfaitement les perceptions buccales, conférant à la matière une parfaite digestibilité. Accord parfait avec un riz à l'agneau (testé pour l'occasion) !

 

 

Gewurztraminer Zinnkoepfle 1993

Domaine Éric ROMINGER

Gewurztraminer Zinnkoëpfle 1993

 

Son coté minéral fait davantage penser à un Riesling lors de son ouverture. Ce n'est qu'après quelques minutes dans le verre que ce vin commence réellement à se livrer et à révéler seulement le caractère de son cépage. Des notes confites de fruits exotiques, de fines épices, de discrets parfums de sous-bois et une touche mentholée offrent un nez d'une complexité rare. La bouche est ample, généreuse avec une sapidité qui donne le tournis et qui se prolonge par une fraîcheur détonante.C'était ma dernière bouteille en cave, mais elle me laissera un souvenir impérissable ! A déguster rien que pour elle-même, ou encore sur un vrai munster fermier.

 

 



 Ah les filles !