...Xavier GUILLAUME !

 

Avec Xavier

 

Installée depuis 1732 en tant que viticulteurs, la famille GUILLAUME pérennise une tradition viticole haute-saônoise plus que millénaire dont on retrouve trace en 1049 dans un écrit du pape Léon IX. A cette époque, la prospérité du terroir de Gy et de Charcenne était due aux archevêques de Besançon qui, en œnophiles avertis qu’ils étaient, on réussit à exporter leurs vins à la table des plus grandes cours européennes à partir du XVème siècle.

L’épidémie de phylloxéra, qui touchera d’ailleurs la  plupart des vignobles de la planète au cours du XIXème siècle, contribuera en grande partie à la fin de la notoriété de ce vin.  

En 1895, l’épidémie touchant à sa fin, Albert et Modeste GUILLAUME commencent un travail de greffe de la vigne  en même temps qu’ils créent la pépinière viticole. Génération après génération, l’activité croit et l'entreprise est aujourd’hui le 3ème exportateur mondial de plants de vigne.

Reconquérir ses lettres de noblesses et retrouver le rang qui était le sien, face aux grandes régions viticoles que sont le bordelais, la Bourgogne ou encore la Champagne, est une tout autre affaire. Face à ces géants, la petite région haute-saônoise ne pèse pas bien lourd avec ses quelques dizaines d’hectares, se retrouvant (même aujourd’hui encore !) comme la seule région viticole française non répertoriée sur la carte du vignoble français ! Abandonné des grandes tables, le vin perd de sa notoriété et finit par renvoyer l’image d’un breuvage ordinaire tout juste bon à désaltérer.

Mais, c’était sans compter sur le courage, l’abnégation et l’ingéniosité d’un homme : Xavier GUILLAUME, qui utilise son vignoble comme champ d’expérimentation non seulement sur le Pinot Noir et le Chardonnay (qui bénéficient d’une IGP) mais également sur d’autres cépages plus atypiques pour la région comme le Riesling, le Sauvignon, le Merlot, le Sangiovese…et j’en oublie !

Xavier gère la vigne avec une exigence toute particulière : la plupart des tâches sont réalisées à la main et les sols régulièrement travaillés afin de préserver la vie microbienne et le bon développement racinaire et foliaire de la plante. Il effectue également d’importants investissements en cuverie afin de permettre un accompagnement le plus adapté et le plus précis aux différentes cuvées qu’il élève, porté par un savoir-faire acquis et développé depuis plusieurs générations !

Tous ses vins, qu'ils soient à destination d'une consommation immédiate ou bâtis pour régaler les générations futures, sont à son image : sincères, généreux et conviviaux.

Les dégustations au caveau n'ont qu'un seul défaut : ce sont généralement de vrais marathons et  cela requiert de l'entraînement, beaucoup d'entraînement. Cette fois-ci, nous dégustâmes pas moins de 35 cuvées... sur près de 5h00 !

N'ayant pas le courage, ni la force de les passer toutes au peigne fin,  je me permettrais donc d'en commenter une petite sélection...

Nous entamons les épreuves avec le tout jeune Riesling 2016 qui nous offre un nez encore discret mais agréable, sur de délicieuses notes fruitées et minérales. La bouche est riche, avec toutefois une belle élégance et une finale tout en fraîcheur. Il fera autant le bonheur des initiés, qui trouveront en lui un intéressant potentiel de vieillissement, que celui des néophytes à la recherche d'un plaisir immédiat.

Le Sauvignon 2015 présente un nez un peu plus ouvert que celui du vin précédent mais tout aussi agréable. La bouche séduit par son intensité et son envergure avec une longue finale sur des notes d'agrume. On s'en ressert... sans rechigner !

Quand vient le tour du "simple" Chardonnay 2015, on est véritablement scotché : le nez est expressif sur des notes fruitées et beurrées. La bouche est mure, équilibrée et persistante. Un vin absolument remarquable, à présenter dans toutes les écoles.... bourguignonnes !

Puis on s'attarde plus longuement sur les cuvées Chardonnay "Collection"...

 

Chardonnay Collection

 

Chardonnay Collection "A Mon Père" 2013 : Un grand style avec une tension et une pureté hors du commun. Beaucoup de volume, de profondeur et une finale à couper le souffle pour ce vin bâtit pour les générations futures !

Chardonnay Collection "A Mon Père" 2010 : Dans la même veine que le précédent, à un stade à peine plus avancé. Etonnant de volume et de tension, il développe une grande intensité. Il est déjà fort délicieux et se goûte déjà parfaitement. Mais que l'on ne s'y trompe pas, il ira loin, même très loin !

Chardonnay Collection "A Mon Père" 2009 : Un beau volume en bouche souligné par un fin boisé. Profond et d'une grande richesse, il faudra encore attendre quelques années afin qu'il libère toute son énergie. Quoi qu'il en soit, je le trouve déjà très gourmand ! 

Le passage aux rouges s'effectue avec le Gamay 2015 : Tout simplement une tuerie ! On croque sur le fruit avec un sentiment  de fraîcheur absolue. Peut se comparer à bien des crus du beaujolais...

Pour le Pinot Noir "Vieilles Vignes" 2015, Il est nécessaire de patienter quelques longues secondes en agitant le verre pour mériter, enfin, ses délicieux parfums de petit fruits noirs. La bouche est bien équilibrée et le vin se goûte merveilleusement bien, même si quelques années de plus lui donneront la complexité qu'il mérite !

Puis, bien sûr, passage obligé par les cuvées Pinot Noir "Collection"...

 

Pinot Noir Collection

 

Pinot Noir Collection "A Mon Père" 2013 : le boisé est encore un peu présent mais n'entrave en rien le format de ce vin dont le fruit est transcendé par une énergie impressionnante. Une réussite totale dans un millésime pourtant assez délicat. 

Pinot Noir Collection "A Mon Père" 2010 : dans la même lignée que le 2013, le vin présente une buvabilité immédiate qui séduira les amateurs les plus exigeants. Tout en dentelle, ce vin n'est pas sans nous rappeler les séducteurs 1er crus de Chambolle-Musigny. Essayez-voir à l'aveugle...

Pinot Noir Collection "A Mon Père" 2009 : Grande concentration, beaucoup de mâche et puissance dans l'équilibre, le vin peut ravir les amateurs de grandes sensations. Pour les esthètes, il faudra vraisemblablement attendre 8 à 10 ans que les éléments se fondent avant de pouvoir commencer à l'apprécier au niveau du potentiel qui est le sien. Une bombe... à retardement !

Les splendides Payen (ou Savagnin, c'est la même chose !)....

Payen 2015 : Une matière riche mais transportée par une fine acidité qui confère au vin l'élégance et la buvabilité qui manquent bien souvent aux Savagnin dans leur prime jeunesse. Excellemment réussit ! 

Cuvée des Archevêques 2009 : grand Jaune... de Charcenne, bien sûr, mais tout y est, avec la finesse et la délicatesse des meilleurs AOC jurassiens. Bien sûr, plusieurs décennies de garde !

Et l'on finit par quelques bulles rafraîchissantes ...

Flûte enchantée (assemblage de Chardonnay, Pinot Noir et Pinot Meunier) : bulles fines mais persistantes avec beaucoup de fraîcheur et de peps. Ça désaltère, et pas seulement avec un rapport prix/plaisir totalement ex-ce-ption-nel !

Fusion : Assemblage de Gamay, Pinot Noir et...Sangiovese, ce pétillant, élevé très longuement sur lattes, offre beaucoup de complexité et une fraîcheur détonante ! A découvrir absolument !

Fusion

Voici un court résumé de ce "marathon des vins" parcouru cet été, au pays de Charcenne.

Une rencontre extraordinaire avec un personnage qui ne l'est pas moins et qui, à lui seul, mérite le voyage !

Merci Xavier pour ton grand coeur et un grand bravo pour l'ensemble de ton oeuvre !

 



 

   

Soyez créatif !